« Il ne saurait y avoir de civilisation – ces constructions faites de mains d’hommes pour abriter la succession des générations – en dehors de l’instauration d’un certain cadre stable à l’intérieur duquel vient s’inscrire le changement. » Hannah ARENDT, Du mensonge à la violence, edit. Pocket, 1994, p. 80