Développer une réflexion rigoureuse et libre

  • La citoyenneté est pour nous inséparable de la culture et de la formation personnelle. Sans éducation et formation, l’appel à la libre expression et à la créativité est démagogique. L’égale dignité des personnes et l’égalité citoyenne ne signifient pas l’égalité de tous dans le domaine des connaissances et des compétences ; toute formation véritable met en jeu un principe d’autorité et une vertu d’humilité dans l’abord des auteurs et des œuvres. Mieux connaître et partager le patrimoine culturel, contribuer à l’intelligence du monde contemporain, développer l’autonomie de jugement…, ces exigences nous paraissent plus que jamais d’actualité.

  • Contre l’expression débridée de la subjectivité et la dénonciation victimaire, nous entendons faire prévaloir la rigueur intellectuelle et une éthique de la discussion basée sur le respect des personnes et le développement des arguments en dehors de toute invective et du sectarisme. Le débat et la confrontation doivent pouvoir se faire librement dans le respect de la position des uns et des autres. La défense des critères de rigueur, de clarté et de probité intellectuelle est partie intégrante du combat démocratique.

  • Il nous importe que tout participant à une réunion de Politique Autrement puisse se sentir libre de poser les questions qui lui tiennent à cœur, sans craindre de se voir cataloguer dans un mauvais camp. Les questions les plus conflictuelles doivent pouvoir faire l’objet d’une analyse et d’un débat rationnel. Il ne s’agit pas de dénier les divergences et les contradictions, mais de faire en sorte que celles-ci puissent s’exprimer le plus clairement possible en refusant les procès d’intention et la diabolisation de l’autre, tout comme le jargon et la pédanterie savante. En d’autres termes, il s’agit de favoriser et de mettre en œuvre un climat intellectuel de confiance et de liberté intellectuelle où l’argumentaire et l’explicitation des idées et des convictions sensées dominent sur les palabres interminables, le désir de reconnaissance, le paraître ou l’invective.

    Ces exigences ne vont pas de soi. Nous ne sommes pas maîtres de la parole des intervenants et nous n’entendons pas réprimer la passion des idées. Il existe toujours un écart entre la pratique, mais cette éthique de la discussion demeure pour nous un idéal régulateur.