La lettre
Janvier 2017
Lettre n° 67 - Une élue municipale face à l’islamisme
Céline Pina(*)

Plus je suis confrontée, sur le terrain, à l’influence croissante des islamistes sur les Français de confession musulmane dans certains quartiers, plus je suis confrontée à leurs idiots utiles et à ceux qui leur servent à la fois de supplétifs et de cautions, et plus je me rends compte que ce qui nous détruit, en tant que peuple constitué, est moins les attaques que nous subissons que le refus des politiques comme de la haute fonction publique de réagir et de faire leur travail de légitimation de ce qui fait notre monde commun. Nous sommes passés de l’idéal politique à la gestion territoriale, de politiques censées transcender un camp pour incarner la République et la nation, tout en étant porteur d’une orientation particulière, à des féodaux, plus ou moins grands, tenant des territoires.

De Fukuyama à Huntington

En 1989, je n’avais pas 20 ans et, comme beaucoup des gens de mon âge, à l’annonce de la chute du mur, je me suis précipitée à Berlin pour arracher mon petit bout de béton, garder un souvenir de cette victoire de la liberté sur la tyrannie. À l’époque, les temps qui semblaient s’ouvrir devant nous recelaient la promesse d’une sorte d’âge d’or. La fin des idéologies, c’était la chute du communisme et le triomphe de la démocratie et du libéralisme économique. Ne restait aux moins avancés qu’à combler leur retard et à rejoindre la prospérité que promettaient un capitalisme tempéré et l’apaisement d’une démocratie ouverte et accueillante. « Fin de l’Histoire » était le titre du livre de Fukuyama publié en 1992.
Bien sûr, la thèse fut controversée, mais inconsciemment nous y avons adhéré et avons cru que le choix que nous, Français notamment, avions fait de fonder la légitimité du pouvoir sur l’égalité entre les hommes et l’exercice de la raison comme sur leur capacité à exercer celle-ci pour se doter d’idéaux, de principes et de lois, étaient devenus des acquis. À la fois un héritage et un substrat. La démocratie et l’État de droit étaient ainsi devenus le terreau commun du gouvernement des hommes. Il n’y avait plus rien à conquérir, il fallait juste conserver, gérer. Et nous nous sommes endormis sur notre confort matériel et intellectuel.
Mais, tandis que le mur de Berlin chutait et que la guerre d’Afghanistan se terminait, sonnant le glas de l’influence communiste, cette année 1989 était aussi l’année de la fatwa contre Salman Rushdie, dont on mit longtemps à comprendre qu’elle marquait l’avènement d’un autre projet totalitaire, le projet islamiste. C’est ainsi qu’en Afghanistan, le départ des soviétiques a laissé la place aux talibans, au retour de la guerre et à une instabilité jamais démentie.
Et pendant que nous nous rassurions à peu de frais en imaginant un monde en train de se recomposer autour des valeurs occidentales, on a agoni d’injures Samuel Huntington qui avait osé annoncer dans son livre que le monde post-communiste serait marqué par la conflictualité et que le modèle occidental serait remis en question par le retour du refoulé identitaire. Il prévoyait aussi l’essor de l’islamisme comme nouveau totalitarisme et annonçait que le modèle consumériste libéral occidental, pour se répandre sur toute la planète, n’était absolument pas un gage de paix et de stabilité. Hélas, Samuel Huntington pensait sans doute mal, si l’on en croît l’ostracisme violent qu’il suscita de la part du monde universitaire, médiatique et politique, mais aujourd’hui nous vivons davantage dans le monde d’Huntington que dans celui rêvé par Fukuyama.

L’avènement du clientélisme communautaire

Longtemps nous avons refusé de voir cette réalité. Au point que nous n’avons pas vu que l’affaire Mohamed Merah annonçait les massacres de Charlie Hebdo, de l’Hypercacher, de Paris, de Saint Etienne-du-Rouvray, de Nice. Les politiques ont cru à la fin des idéologies et ils se sont reconvertis en gestionnaires et en commerçants. Ils ont oublié une de leur fonction, celle de légitimation de notre système politique, leur rôle dans la transmission des idéaux et principes de notre République, leur devoir de décliner dans la réalité les principes qui fondent leur légitimité. Ils se sont détachés de l’intérêt général pour se convertir au marketing politique, découpant le corps électoral en clientèles et analysant quels intérêts servir pour gagner, garder voire confisquer le pouvoir.
Les citoyens ont petit à petit basculé dans l’abstention, sauf ceux ayant intérêt à travailler au corps les politiques pour entretenir leur propre pouvoir. Ce clientélisme-là a toujours existé, certes, celui qui consiste à ne pas être mal avec le président du club de foot et à construire les gradins et les vestiaires qui vont bien en espérant que les adhérents s’en souviendront aux élections. Ce petit commerce n’est certes pas brillant, mais au moins, ne met-il pas en danger la République et ses valeurs.
Le pire est quand le clientélisme communautaire repose sur le lien créé entre le politique et celui qui instrumentalise sa communauté. Ce clientélisme de l’instrumentalisation et de l’enfermement est une trahison de la promesse républicaine, car elle place sous la coupe de leaders autoproclamés une population qui n’a plus, de fait, accès à l’émancipation. Le pouvoir du leader reposant sur l’emprise qu’il a sur une communauté, son intérêt est de mettre en coupe réglée cette population pour assurer son pouvoir et son avenir. Le problème est que le calcul pour gagner une élection ne repose plus que sur cela. Le drame est que le leader autoproclamé se met à son compte et développe sa propagande totalitariste sur fond de haine d’une France considérée comme impie, de Français présentés comme racistes et de revendications culturelles mais surtout cultuelles qui sont des déclarations de guerre à l’esprit de nos lois et à l’essence de notre contrat social.
Aujourd’hui, ce qui nourrit la peur, la colère et la rancœur des citoyens, n’est pas le fait que nous soyons attaqués. Si nous avions oublié que l’Histoire était tragique, la réalité nous l’a brutalement rappelé. Mais le déni et le refus d’agir des politiques est effrayant. Et le pire c’est le refus de prendre conscience qu’en entretenant des liens suspects au niveau national soit avec le Qatar, soit avec l’Arabie saoudite, ils embrassent ceux qui ont financé, financent et financeront ceux qui nous tuent ou cultivent sur notre territoire, sous une apparence policée appelée « quiétisme », la haine de ce que nous sommes. Ce qui est tragique, c’est leur refus de voir le poids au quotidien, dans certains quartiers ou certaines villes, du contrôle social étouffant des salafistes ou des Frères musulmans et les tensions qu’elles engendrent. Il est éprouvant de voir les républicains insultés au nom d’une « islamophobie » largement fantasmée. Cette expression vise à protéger les islamistes de toute attaque et d’enfermer les lucides dans l’opprobre s’ils ne se soumettent pas à l’injonction de se censurer qui leur est faite par nombre de médias et d’élus. Et cela finit par donner ces « territoires perdus de la République » dont Georges Bensoussan parlait déjà en 2002 [1] et dont le nombre n’a cessé d’augmenter.

« Molenbeek-sur-Seine » : l’islamisme au quotidien

« Molenbeek-sur-Seine à Saint Denis, l’islamisme au quotidien », titrait à la une l’édition du Figaro magazine des 20-21 mai 2016. À l’intérieur du journal, un reportage édifiant raconte comment, à quelques kilomètres de Paris, on peut changer de monde, voire d’espace-temps. Femmes recouvertes de voiles noirs de la tête aux pieds, burqas provocatrices, discours hallucinants, sexisme, antisémitisme assumé, violence revendiquée… Le portrait de la ville est terrible et les photos qui illustrent le reportage accentuent le sentiment glaçant d’un territoire sous emprise. L’ensevelissement des femmes sous des voiles qui sont les linceuls de leur égalité avec les hommes et de leur liberté est le premier marqueur du développement de l’emprise islamiste sur un territoire. D’abord parce qu’il est visuel et que le pouvoir est affaire de visibilité, d’apparence et de contrôle social. À un animateur radio qui m’interrogeait pour savoir comment je repérais les quartiers ou les villes en train de basculer, j’ai répondu : « En ouvrant les yeux ». Car si les discours des islamistes sont marqués par la manipulation, le mensonge et les ambigüités, voire le double langage, leur action sur le terrain est bien plus lisible : elle s’appuie sur la mise sous coupe réglée d’une population via le contrôle social. C’est le voisinage qui fait pression pour que les femmes et les filles se voilent, pour que les hommes et les garçons se comportent en mâles dominants, qui surveillent si la famille va à la mosquée, mange hallal, fait le ramadan. Il faut donc donner des gages de soumission. Sinon, ce sont les réputations qui s’effondrent et l’opprobre qu’il faut affronter. Et dans ces microsociétés enfermées, perdre sa réputation, c’est s’exposer et exposer sa famille au mépris et à la violence, c’est jeter la honte sur les siens et cela a des conséquences lourdes (isolement, mépris, menaces latentes, agressions). Ce reportage décrit une ville hors de la République, une ville où les dogmes religieux ont force de loi. Les grands absents de ce reportage ? Les élus.
De la mise en place d’un clientélisme systématique à visée électoraliste, à l’enfermement communautaire qui en résulte et au piège qui se referme sur la démocratie, j’ai longtemps cru que les partis finiraient par en revenir. C’était oublier que la méthode a ses avantages. Aujourd’hui, plus de 50% de notre population a arrêté de voter, mais ce qui est un malheur pour la démocratie est un avantage pour ses représentants : moins il y a de votants, plus leur contrôle est aisé, ce qui permet de faire ou de défaire une élection.

Listes aux élections régionales : de la « diversité »

Lorsqu’en 2012 le think-tank Terra Nova, proche du PS, explique qu’il faut abandonner le discours en direction des classes populaires pour s’adresser à des groupes décrits comme minoritaires ou opprimés du fait de leurs origines immigrées, de leur sexe (femmes), de leurs pratiques sexuelles (homosexuels), il ne fait que théoriser une pratique de plus en plus répandue sur le terrain. Cela fait en effet belle lurette que l’on est passé, à gauche, d’une logique sociale à un discours ciblé sur des intérêts catégoriels, qui transforme les particularismes en identité indépassable. On ne s’adresse plus à des citoyens mais à des communautés. Et c’est ainsi que beaucoup d’élus ont choisi comme interlocuteurs les éléments les plus radicaux de la communauté musulmane, leur donnant ainsi pouvoir et légitimité pour devenir prescripteurs et exercer un contrôle social sur la population.
Ce qui permet de regrouper ces catégories aux intérêts rarement convergents est la discrimination. Et le discours qui permet de les agréger est un discours de victimisation dans lequel l’ennemi est à la fois l’État et le peuple, le premier se définissant comme oppresseur et le second comme raciste, sexiste et intolérant.
Désormais, à l’échelon local, nombre d’élus n’ont pas été choisis pour leur capacité, leur projet ou leur engagement, mais pour leur influence communautaire, leur couleur de peau ou leur appartenance confessionnelle. C’est une politique-casting en lieu et place de la politique comme projet commun.
En 2010, lors de la constitution des listes régionales, d’étranges débats concernant les élus de « la diversité » eurent parfois lieu. Il s’agissait de savoir s’il fallait privilégier des personnes brillantes qui, issues de familles modestes et d’origine étrangère, avaient réussi leurs études ou de privilégier ceux qui avaient échoué à l’école ou avaient commis de petits délits ? Généralement, le choix s’est porté sur les seconds. Officiellement parce que cela ferait voter les gens des quartiers qui, entendait-on, « se reconnaitraient en eux ». Ce qui revient à accorder une prime à l’échec scolaire et aux comportements déviants et, à rebours, à insulter ceux qui ont joué le jeu de la République.
Placée en situation de pouvoir, la communauté religieuse ou ethnique se rappelle vite au souvenir de l’élu, lequel est sommé de la servir. C’est au nom de son influence réelle ou supposée sur sa communauté qu’il a obtenu la place. Difficile pour ce type d’élu d’accéder à la notion même d’intérêt général ou de dépasser la représentation communautaire au profit de l’intérêt général, car cela reviendrait à scier la branche sur laquelle il est assis.

Réunion locale, procès : les yeux fermés

En 2012, pour l’élection législative, suppléante du député de la Xe circonscription du Val d’Oise, j’ai accompagné celui-ci à une réunion d’appartement à forte dominante communautaire. S’adaptant à son auditoire, principalement composé de jeunes et de mères, les lieux communs de la banlieue défilaient : « Vous êtes discriminés ; on ne vous fait pas de place ; alors que vous avez les mêmes compétences que les autres, on ne veut pas vous embaucher… » Pas une once de réel dans ce discours automatique. Car nous n’étions pas en face d’étudiants brillants victimes du plafond de verre, mais de jeunes hommes, qui, pour la plupart, ne savaient guère se tenir et encore moins s’exprimer correctement. Qu’il y ait des discriminations, c’est un fait. Mais dans ce cas précis, nombre de difficultés s’expliquaient d’abord par des questions d’attitude, d’éducation et de savoir-être sans qu’il soit nécessaire de convoquer les grandes orgues du racisme et de la xénophobie.
Que dire également de ces femmes, confrontées à des hommes radicalisés qui refusent de leur serrer la main ou de conduire un bus qu’elles ont précédemment conduit parce qu’il serait impur ? On s’attendrait à ce que les réactions hiérarchiques soient sans appel et se soldent par un licenciement pour faute. Et bien non, c’est le « pas-de-vague » qui est privilégié et les salariés comme l’encadrement intermédiaires s’en plaignent. Mais quand une ministre de l’Éducation nationale accepte sans réagir qu’un islamiste refuse de lui serrer la main sur un plateau de télévision, elle envoie le signal que cette provocation est tolérée au plus haut niveau de l’État.
J’ai eu l’occasion, il y a peu, d’assister au procès d’une élue qui a attaqué pour diffamation un islamiste l’ayant violemment prise à partie et insultée sur les réseaux sociaux parce qu’elle a dénoncé, en tant que citoyenne, l’installation dans des locaux municipaux d’une école illégale, où l’enseignement était, bien sûr, coranique. Elle a obtenu gain de cause et l’école, grâce à son action, a été fermée. Mais il est intéressant de remarquer que la plaidoirie de l’avocat de l’islamiste listait toutes les autorités que cette élue avait interpellées et qui n’avaient pas réagi : préfet, ministère de l’Éducation nationale, inspection académique, maire de l’époque… Finalement, c’est grâce à un contrôle de la commission de sécurité montrant que les locaux n’étaient pas prévus pour accueillir du public que cette fermeture a été permise, et non au fait que les pouvoirs publics aient accepté de faire leur travail.
Les témoignages concernant ces pouvoirs publics qui ne remplissent pas leurs missions sont légion. Ce sont des gymnases et des équipements publics prêtés aux pires islamistes ou au Parti des Indigènes de la République pour déverser leur haine ; ce sont les accusations de racisme et d’appartenance à la « fachosphère », jetées à la figure de républicains qui ont osé s’indigner qu’un chanteur qui traite les Français de « kouffars » soit invité à faire un spectacle lors de la commémoration de la bataille de Verdun ; c’est le directeur de l’IUT de Saint-Denis dénonçant des atteintes à la laïcité qui se voit suspendu et menacé par sa hiérarchie qui préfère l’attaquer plutôt que de le soutenir (un jugement lui a rendu son honneur, mais le Président de l’université qui a commis cet excès de pouvoir, lui, n’a pas de compte à rendre) ; ce sont ces subventions données à de soi-disant associations citoyennes qui se révèlent être des outils de propagande aux services d’intérêts politico-religieux ; ce sont ces maires qui autorisent des islamistes à ouvrir des écoles où les petites filles sont voilées ; ce sont ces mosquées clandestines sur lesquelles les dirigeants des villes ferment les yeux ; ce sont les multiplications d’écoles coraniques à l’ombre des mosquées ; ce sont des mosquées tenues par des islamistes radicaux ; ce sont ces femmes voilées de pied en cap que l’on autorise à accompagner des sorties scolaire...
D’un silence qui cautionne les pires dérives à un discours qui confine au déni de réalité, la médiocrité du mode de sélection des partis finit par générer des politiciens dont la parole dépouille le monde de tout sens et de tout souffle. Communautarisme et clientélisme sont les mamelles de la dépolitisation qui ouvre la route aux extrêmes.
Le triptyque électoralisme-clientélisme-communautarisme mine les fondements de notre société. À cela s’ajoute le noyautage pratiqué par les islamistes qui fournit un prêt-à-penser et à revendiquer fondé sur des dogmes et interdits religieux comme sur une vision patriarcale de l’organisation de la société dans le but de prendre le pouvoir. Le danger se précise : on en est là aujourd’hui. Les temps qui sont devant nous sont durs et le seront bien plus encore demain. Notre classe politique n’est pas à la hauteur et sa médiocrité nous expose. C’est maintenant qu’il faut agir.

Débat

Islamistes et musulmans

- Q : Vous parlez des islamistes, mais il ne faut pas oublier tous ceux qui sont musulmans et qui les rejettent. Ne faut-il pas s’appuyer sur eux pour combattre l’islamisme ?

- Céline Pina : Je fais une différence entre islamiste et musulman. Au nom du « pas d’amalgame », on oublie cette frontière et on donne de l’importance aux islamistes. Un ami me disait en guise de boutade : « Chaque fois que les politiques commettent une maladresse à l’égard des Français de confession musulmane, ils présentent leurs excuses aux islamistes ». Le problème c’est qu’à force, ils les renforcent, les légitiment et les banalisent tellement qu’un sondage paru en octobre dont on a peu parlé mais qui est inquiétant, montre à quel point les islamistes se renforcent et donnent le ton. Ce sondage indiquait que 30% des musulmans interrogés placent le dogme (la charia) avant la loi, 20% sont un peu tiraillés et 48% adhèrent aux valeurs républicaines. Près de la moitié des musulmans ne pose pas de problème, mais n’oubliez pas que l’Histoire est souvent faite par les « minorités agissantes » et 30% n’est pas un chiffre anodin.
Une population enclavée, ayant peu de moyens culturels, est actuellement prise entre deux feux, entre le besoin de donner des gages à leurs origines et la nécessité de s’intégrer dans leur pays d’adoption. Des familles se saignent aux quatre veines pour construire une maison dans un pays dans lequel elles ne reviendront jamais vraiment et où leurs enfants ne reviendront pas non plus, car ils construisent leur vie ici. Ils se font une vie de privation pour nourrir un fantasme de retour là-bas. Outre les privations et les frustrations que cela génère, cela empêche souvent inconsciemment leurs enfants de planter leurs racines dans le pays où ils sont nés. Ce tiraillement génère des conflits de loyauté et une véritable culpabilité. Et il est abondement exploité par les islamistes. Lesquels instaurent un climat de contrôle social à base de puritanisme, de contrôle des mœurs et d’assignation à une pratique religieuse rigoriste pour donner des gages d’appartenance ethnico-religieuse. L’insulte courante dans certains quartiers est de traiter l’autre de « Français ! » ou de dire aux femmes « Ne fais pas ta Française ! », quand elles sont jugées comme trop occidentalisée ou trop libre. Française est ici une insulte synonyme de « pute ». C’est arrivé à ma nounou algérienne, car elle n’est pas voilée.
Les islamistes restent en réalité une minorité, mais leur influence et leur pression sur les comportements sont importantes. Même les femmes qui refusent d’être voilées donnent d’autres gages pour que la vie quotidienne reste supportable. Pour ne pas se voiler, elles versent dans le hallal. On leur répète que si elles s’intègrent, si elles s’occidentalisent, elles trahissent « leur famille et leur race ». Petit à petit, de manière insidieuse, les pressions sont telles que des femmes se mettent en tête, alors qu’elles sont françaises, qu’elles ne doivent pas « faire la Française » et adoptent des symboles islamistes pour bien montrer qu’elles restent fidèles à cette oumma fantasmée que les islamistes et leurs alliés objectifs leur ont installée en fond d’écran mental. C’est par l’exhibition de l’appartenance religieuse que certaines populations donnent ainsi des gages de loyauté à ceux qui exploitent le conflit de loyauté qu’ils ont eux-mêmes exacerbé.
Les premiers à avoir tiré la sonnette d’alarme sont les Algériens. Je me souviens d’un homme, arrivé à Saint-Denis avec sa famille en fuyant l’Algérie en 1994, car le Front islamique avait promis la mort à sa fille [2]. Ils n’ont pas été accueillis comme réfugiés politiques, mais ils ont vu ensuite arriver des gens du FIS considérés comme réfugiés politiques dans les mêmes endroits et les mêmes habitations. Cet homme nous reproche, à juste titre, de ne rien voir. Il sait ce qu’est l’islamisme : des forces minoritaires mais déterminées qui utilisent le surplomb religieux pour chauffer à blanc les esprits et expliquer que ceux qui ne font pas passer l’islam avant la République sont traîtres à leur Dieu, à leurs pères et à leur pays d’origine. La République, selon ceux qui ensemencent les esprits avec leur vision intégriste, n’est pas un idéal mais une arme de « kouffars » pour pervertir les esprits. Il n’y a alors pas de choix possible car être Français devient ainsi incompatible avec être un bon musulman.

- Q : J’enseigne à Paris et je vois des jeunes qui se convertissent. Alors qu’ils n’ont aucune relation avec l’islam, un jour ils ne veulent plus manger de porc. Comment rendre compte d’un tel phénomène ?

- Céline Pina : À certains âges, on est très influençable. Il est plus important d’être en phase avec ses copains qu’avec sa famille. On se cherche, on est dans la révolte et l’affirmation de soi et parfois la volonté de se démarquer de sa famille est plus forte que tout. Cela a donné, pendant des années, des quantités de fils à papa et de petits bourgeois que l’on retrouvait dans les rangs des organisations gauchistes et anarchistes.
Il ne faut pas oublier que les idéologies totalitaires ont toujours ciblé la jeunesse. L’homme rêvé de tous les totalitarismes est un homme nouveau, il est à créer et à former, la jeunesse est donc une cible naturelle. Étant influençable et en besoin de s’affirmer, elle est plus facilement séduite par un discours « prêt-à-porter » et on la convainc vite de sa profonde originalité en lui faisant croire qu’en adoptant le catéchisme d’une autre tradition, on fait œuvre d’affirmation de soi.
Il est de surcroit toujours très difficile de trouver sa place dans une société qui semble ne plus connaitre ses fondamentaux et dont on peut avoir du mal à comprendre le cadre de référence intellectuel, institutionnel et historique. S’intégrer à la société est d’autant plus compliqué quand les repères ne sont pas clairs et qu’une partie des élites qui doivent incarner et défendre ces repères ne les connaît plus. Le manque de lisibilité de notre contrat social provoque alors chaos et ressentiment au lieu d’être le chemin vers la citoyenneté.
L’islamisme peut donner un exutoire à ce ressentiment et le canaliser en lui fournissant un discours « prêt-à-porter » pour montrer à votre entourage que vous êtes plus fort et plus malin que lui. Mais ce vertige est aussi exaltant que destructeur.
Autre élément, la force des discours islamo-compatibles, notamment à gauche. Le terme d’« islamo-gauchiste » a ceci de pervers qu’il fait oublier à quel point le discours et la vision des islamistes a contaminé au-delà des gauchistes.
Surtout qu’en face, nul ne s’est soucié de transmettre à la jeunesse ce que notre histoire, nos principes et nos idéaux pouvaient avoir de beau et d’élevé. Elle en est d’autant plus démunie face à une propagande légitimée par une partie des élites qui n’a pas de colonne vertébrale politique.
Victimes de notre complaisance et de notre lâcheté quand nous confondons « idéalisme » et « volonté de puissance », ces jeunes vont sur internet, voient des images atroces (décapitations, égorgements, personnes jetées du haut des immeubles, femmes abattues parce que mal voilées, enfants lynchés pour avoir regardé un match de foot…), ils entendent des discours haineux et qui appellent au meurtre. Ils sont dans un processus de déshumanisation. Ils n’ignorent pas ce qui se passe. Certains aujourd’hui prétendent que ceux qui basculent vers le djihadisme sont des idéalistes. Je refuse cette thèse qui oublie que l’hyperviolence est séduisante, que la perversion est une forme de pouvoir, que la « volonté de puissance » est l’alliée de tous les totalitarismes. Arrêtons d’être complaisant et mettons les « convertis » en face de la réalité de leur choix : la barbarie, l’hubris et la terreur, au lieu de tomber dans l’aveuglement et de parler d’idéalistes qui se trompent. N’oublions jamais que la haine, la violence et la mort sont des leviers très puissants.

La gauche et l’islamisme

- Q : La montée de l’islamisme paralyse beaucoup d’élus. À gauche on imagine qu’en France les populations musulmanes ont été ou sont encore « opprimées » du fait de la colonisation. Comment expliquez-vous une telle conception ?

- Céline Pina  : Les conceptions de la gauche ne sont pas forcément les mêmes selon les générations. Quand je suis arrivée en politique, il restait encore quelques vieux lions qui avaient connu la Deuxième Guerre mondiale. Aujourd’hui, la dernière grande aventure de la gauche en France a été celle des « porteurs de valise » de la guerre d’Algérie. Cet engagement contre la guerre d’Algérie s’est construit dans un rapport à la décolonisation et un engagement qui ont nourri un certain imaginaire. De plus, les jeunes d’aujourd’hui ont comme référence la génération de Mai 68, et la chute de l’Union soviétique a été aussi la chute des images d’Epinal de la gauche.
Au bout du compte, on a fini par remplacer la question sociale par la question raciale. Autrefois, le travailleur était l’exploité et l’opprimé, celui qui n’a que ses mains pour vivre, un damné de la terre exploité par les puissants. Il a été remplacé par l’étranger, l’immigré qui a été considéré comme intrinsèquement bon ou positif parce que pauvre, exilé, exploité, différent. Et en effet, il a toujours été difficile d’arriver dans un pays et d’y trouver sa place. Surtout si personne ne juge utile de lui donner les règles et les codes de la société à laquelle il doit s’intégrer, de rappeler que cette exigence n’est pas optionnelle et lui donner les moyens de faire face à cette exigence. Or, notre politique d’intégration n’a pas échoué, nous n’en avons pas eue. Nous ne nous aimions peut-être même plus assez, ou nous avions perdu toute conscience de ce que nous étions pour vouloir le transmettre à ceux qui avaient vocation à devenir des nôtres.
Nous avons tellement été en lutte contre nous-mêmes que nous n’avons pas su intégrer les nouveaux arrivés. Comment intégrer des immigrés quand on ne s’aime pas soi-même ? Comment intégrer quand la gauche que nous appelons « islamo-gauchiste » n’a cessé d’expliquer que notre pays est raciste, que le pouvoir est oppresseur ?
Il est plus important pour ceux qui instrumentalisent la figure de l’immigré d’en faire une arme de culpabilisation que de lui donner les moyens de trouver sa place grâce à la maîtrise de la langue, l’apprentissage des lois et de l’esprit de celles-ci, la transmission d’une histoire, d’un idéal et d’un avenir. Ainsi, alors que les luttes de la gauche ont amélioré le quotidien des ouvriers, l’instrumentalisation de la colonisation pour délégitimer tout ce qu’est l’Occident, a au contraire rendu plus difficile l’intégration des immigrés des anciennes colonies de la France. Car c’était trahir l’opprimé (le pays d’origine) pour se donner à l’oppresseur (le pays d’accueil). Cela condamne celui qui est soumis à une telle vision du monde à n’avoir de place nulle part et donc à ne jamais pouvoir se construire ou s’émanciper en tant qu’individu. L’appartenance communautaire devient alors le seul refuge.

- Q : À gauche, tous les problèmes sont envisagés sous un aspect économique et social. Deux termes reviennent toujours : inégalités et discriminations. La gauche a beaucoup de mal à envisager les phénomènes culturels, les croyances, la religion... Ce cadre conceptuel n’a-t-il pas également freiné la prise de conscience des dangers de l’islamisme ?

- Céline Pina  : Deux éléments se superposent. D’abord une vision très caricaturale de la religion et un refus de s’y intéresser comme un facteur agissant sur les hommes. Nous sommes dans une culture où l’on ressasse en permanence : « S’il y avait du travail pour tout le monde, le gens ne se réfugieraient plus dans la religion. » Mais être dans l’orthodoxie vous dispense d’avoir à penser, il suffit de suivre la ligne. Et quand on est dans l’orthopraxie, c’est une situation encore plus confortable. Habillez-vous ainsi, faites cinq prières par jour, respectez les interdits alimentaires, refusez le contact de l’altérité et vous serez sauvés. C’est encore plus facile que d’être orthodoxe car vous pouvez être un parfait ignorant et avoir la spiritualité d’une huître, vous serez néanmoins un modèle de pratique religieuse. C’est un peu la pureté pour les nuls. Et même si vous n’êtes pas récompensé en ce monde, vous le serez dans l’autre. Mais on peut aussi pratiquer une religion de façon plus spirituelle qui ne vous fera pas faire l’économie du doute.
Le deuxième élément, au-delà de la religion, c’est l’oubli des humanités. Autrefois, même avant d’entrer en école de médecine, on avait « fait ses humanités » et on savait que l’étoffe des hommes n’était pas faite que de matériel et que philosophie, littérature, art et religion interrogent et questionnent le sens de la vie, le tragique de la condition humaine. Aujourd’hui, ce n’est pas seulement la dimension religieuse que l’on occulte dans l’histoire de l’humanité, on en arrive à ignorer la littérature et les questions philosophiques.
Cette ignorance a freiné la prise de conscience des dangers de l’islamisme car elle a ignoré que les Frères musulmans et les salafistes s’appuyaient sur un cadre mental religieux traditionnel pour investir en profondeur les esprits et donner à leur idéologie une force de pénétration sans précédent.

- Q : N’ y n’a-t-il pas au sein du PS, des gens comme vous, conscients du problème ?

- Céline Pina  : Malheureusement, ces gens sont très minoritaires au sein de l’appareil. Malek Boutih avait écrit un rapport après les attentats de Charlie et de l’Hypercasher, que le groupe PS de l’Assemblée nationale avait d’abord refusé de promouvoir sous prétexte qu’il pourrait faire le jeu de l’extrême droite. Puis la récurrence des attentats l’a rendu incontournable car il permettait de dire que les socialistes n’avaient pas été si aveugles qu’ils le paraissaient à la montée de l’islamisme. Mais Malek Boutih n’a pas pour autant été entendu. Ainsi on tient des discours plutôt « carrés » au niveau national ou pour une commémoration, mais les petites pratiques clientélistes se poursuivent sur les territoires. Vous avez maintenant des constitutions de listes locales avec des gens qui ne prennent même pas la peine de déclarer leurs opinions politiques mais qui vous disent : « Voilà ce que je peux t’amener, qu’est-ce que tu peux faire pour moi ? » On a alors une demande du genre : « Je veux trois places sur la liste, deux adjoints, une mosquée à tel endroit... » Personne ne leur demande en retour de se situer politiquement, ce sont les voix qu’ils apportent qui intéressent.
On parle beaucoup de renouvellement des élus, mais quand on se laisse aller à de telles pratiques, les « jeunes » qui restent sont souvent pires que leurs aînés car ils n’ont vu de la politique que le calcul et la compromission et surtout ils ont monté les échelons car ils maîtrisent parfaitement le système. Sinon, les jeunes qui arrivent avec des idées et du dynamisme se sauvent en courant des partis au bout de trois réunions car ils comprennent très vite que le parti, intellectuellement en état de mort clinique ne leur apportera rien, ne les fera ni grandir ni progresser voire les enfermera dans un microcosme d’autant plus étouffant et réducteur qu’il se prend pour un univers et tourne le dos à la réalité. Il n’en a pas toujours été ainsi et il fut un temps où les partis pouvaient être des outils de formation intellectuelle et d’ascension sociale. Aujourd’hui, ce sont de simples instruments pour conquérir le pouvoir surtout quand on n’a aucune idée de ce que l’on va en faire. On est venu me chercher parce que je suis une femme. J’aurais pu n’avoir que deux neurones, cela n’aurait rien changé, ce qui comptait c’est que cela fasse bien sur la photo et que j’aide à cocher la case « Respect de la parité ». Les partis (je connais la gauche, mais à droite on me dit que c’est pareil) en sont venus à détester les idées. On en arrive alors à une sorte d’implosion.

- Q : Comment expliquez-vous une telle déliquescence ?

- Céline Pina : Comme le politique n’est plus en phase avec notre société, certains ont imaginé de s’appuyer sur les « minorités ». Or, entre les homosexuels et les immigrés, les intérêts ne sont pas immédiatement les mêmes. Le discours unifiant est alors celui de la discrimination. Je ne dis pas que la discrimination n’existe pas, mais, à gauche, c’est devenu l’alpha et l’oméga de la vision de la société. Pour associer un discours à cette vision d’un monde réduit au rapport entre discriminés et dominants, le seul qui puisse marcher est celui de la victimisation.
J’ai beaucoup entendu à gauche un certain type de discours s’adressant aux jeunes : « Cette société ne vous laissera pas de place, 40% des jeunes de banlieues sont chômeurs parce que la société est raciste… » J’ai entendu un député, président d’une agglomération de communes, parler en ces termes à des jeunes. Dans ces conditions, comment n’auraient-ils pas « la haine » ?
De la même façon, il est temps d’arrêter de confondre complaisance et respect. Victime n’est pas un statut. Et si pour certains c’est plus dur que d’autres, alors il vaut mieux se battre deux fois plus que s’installer dans l’échec et l’aigreur. C’est là que la promesse de la République doit être tenue. Car si on n’a pas les codes, pas de diplôme, un comportement agressif, des difficultés à se lever le matin, à accepter l’autorité, à s’intégrer dans une équipe, il est finalement normal de ne pas trouver de travail. Il est anormal de ne pas en trouver un quand on a fait l’effort d’acquérir un savoir et que l’on sait se comporter. Visiblement ces jeunes appartenaient plutôt à la première catégorie et il était temps qu’ils entendent aussi que tout n’était pas la faute des autres et de la société. Ce jour-là des femmes sont venues me remercier, car le discours du député n’aidait pas ces jeunes à se lever le matin et ne les aidait pas à les motiver. « Si le député dit lui-même que c’est sans espoir, alors pourquoi se bouger ? »
À l’école, nous nous trouvons face à cette même logique. Une directrice d’école, à qui je demandais comment elle allait présenter la Charte de la laïcité à l’école, m’a répondu en substance : « Comme les politiques l’ont fait. Ils ont montré un poster et ont expédié la problématique en une conférence de presse. On va faire le minimum, comme eux. De toute façon, vu qu’ils n’ont pas posé le problème ni posé le diagnostic, ils n’ont pas su donner de sens à l’importance de reparler de laïcité ». Elle a ajouté : « Si pendant des mois les politiques assumaient, faisaient des conférences, lui donnaient du sens, nous, enseignants nous pourrions prendre le relais. Mais ils veulent simplement que l’on fasse le travail à leur place, alors que nous devons tous les jours affronter les difficultés de terrain. »
Le poisson pourrit toujours par la tête, dit un proverbe chinois. Si les politiques n’assument pas leurs responsabilités, les citoyens ne peuvent pas suppléer. Il faut rétablir un cercle vertueux. Il faut commencer par aimer le modèle de société que nous voulons transmettre au lieu de passer son temps à faire des trous dans la coque du bateau. Si vous voulez travailler dans les services de l’État et que votre obsession est de revendiquer le port du voile, vous ne méritez pas d’entrer à son service. La France n’est pas une auberge espagnole ; elle est une construction historique ayant ses propres valeurs.

Que faire aujourd’hui ?

- Q  : J’ai lu le témoignage d’une jeune italienne qui disait qu’en Italie le nombre de femmes voilées est bien plus faible qu’en France et qu’à Rome elles se font huer dans la rue. En France, le rapport présenté par Hakim El Karoui [3] indique que la moitié des femmes qui ne portent pas le voile estime que d’autres ont le droit de le porter. Le port du voile peut-il être considéré comme un libre choix individuel ?

- Céline Pina : Dans ma jeunesse j’ai beaucoup entendu parler d’aliénation, ce qui signifie que vous êtes complices de votre propre enfermement. Or, on inculque à des petites filles que le corps de la femme est impur, qu’il suscite le désir, qu’il faut le cacher. Elles sont élevées dans la honte d’elles-mêmes. Comment peuvent-elles se construire ?
Un jour, j’ai vu arriver une femme bien voilée qui ne l’était pas auparavant et à qui j’ai fait une leçon de morale un peu bête. Elle m’a répondu : « Tu ne sais pas où j’habite. Tu ne sais pas qui habite dans mon immeuble. Mon fils s’est fait tabasser car sa mère n’était pas voilée et l’on m’a dit que ma fille finirait dans une cave. » Cette mère de famille a décidé de se voiler pour que ses enfants puissent vivre en sécurité.
Le port du voile ne peut pas être une liberté individuelle. D’abord parce que le voile n’est pas un vêtement mais un symbole, un signe et qu’il a donc une signification objective. Il affirme quelque chose aux yeux des autres et cette signification-là n’est pas plurielle : elle dit l’infériorité de la femme et son impureté consubstantielle.
Enfin cela ne peut être un choix parce que dans le cas du voile, le choix est posé entre être une « femme respectable » ou être une « pute », entre femme fidèle à ses origines et femme traître à sa communauté entre bonne musulmane et infâme occidentale. Ce n’est pas là l’exercice d’une liberté mais une forme de conditionnement subtil qui vous entraîne à choisir l’aliénation et à la revendiquer. Vous devenez la gardienne sourcilleuse de votre propre prison mentale et physique.
Certaines situations ne sont pas simples à vivre. Moi-même je suis fréquemment attaquée à cause de mes positions publiques, mais j’ai une amie arabo-musulmane qui l’est beaucoup plus : elle est considérée comme « traitre à sa race, à sa religion » et on la menace régulièrement de mort. Je ne suis pas dans cette situation et si j’étais à sa place, je ne sais pas si j’aurais le même courage. Mais on ne doit pas se taire.
J’ai vécu longtemps dans l’autocensure. Après mes prises de position, la violence des réactions était telle qu’au début on se demande si les accusations ne sont pas justifiées. On se croit raciste et l’on a l’envie de rentrer en soi-même. On a aussi envie de tranquillité et on se dit qu’il est plus facile de se taire que de parler. Et quand vous êtes exclus du groupe auquel vous appartenez à cause du discours que vous tenez, vous avez envie de revenir dans ce groupe qui apparaît protecteur. Mais pour y revenir, il faut non seulement revenir sur ce que vous avez dit mais défendre encore davantage le contre-discours qui vous a exclus.
Nous devons apprendre et assumer le « mépris civilisé » selon le livre de Carlo Strenger [4]. Autrement dit, assumer l’opprobre, par exemple envers les femmes voilées. Ne pas porter atteinte à leur intégrité physique, ni les injurier, mais savoir dire tranquillement que si on porte par exemple l’uniforme des femmes de Daesh, il est normal d’être mal vu, de ne pas trouver de travail, de ne pas trouver de logement. Quand on porte un signe qui est une déclaration de guerre aux valeurs de la société dans laquelle on vit, il ne faut pas s’étonner de ne pas y trouver de place. Nous sommes sur une ligne de crête, mais il ne faut pas se taire. Il faut rappeler que la République est intégratrice et que nous voulons partager nos valeurs et non les adapter à une religion.

- Q : Vous avez parlé de la corruption de certains élus à l’égard des islamistes. Faut-il durcir la loi ?

- Céline Pina  : Durcir la loi ? Mais il s’agirait d’abord de l’appliquer ! On souffre de sa non-application. Un simple exemple. Je devais débattre du côté de Nîmes avec Hocine Drouiche, un imam républicain et un grand monsieur. Le Préfet craignait un trouble à l’ordre public. Je lui ai fait remarquer que s’il craint que des islamistes viennent perturber la réunion et qu’il est prêt, de ce fait, à censurer une réunion de républicains pour satisfaire des antirépublicains, il cautionne la violence et censure ceux qui incarnent les principes de notre pays. C’est donner à ceux qui haïssent ce que nous sommes un énorme droit de perturbation et de censure, avec la complicité de ceux qui devraient assurer notre sécurité et notre liberté de parole. À la fin, cela signifie que l’on peut tenir une réunion clairement islamiste, comme à Pontoise où ceux qui déclarent que l’on peut interdire aux femmes de sortir « sans dignité », autrement dit sans voile, et pensent qu’elles méritent de se faire violer si elles se promènent sans voile, s’expriment sans problème et que l’on censure une réunion luttant contre ces aberrations. Tout simplement parce que les islamistes n’hésitent pas à user de violences et de menaces quand les républicains respectent la loi. C’est le monde à l’envers et la prime à la violence. La loi, on peut toujours l’adapter et la faire évoluer. Aujourd’hui ce qui manque surtout c’est le courage politique.


(*) Céline Pina est une ancienne adjointe au maire de Jouy-le-Moutier et ancienne conseillère régionale Ile-de-France, auteur de Silence coupable, éditions Kéro. Cette lettre rend compte de son intervention, lors d’une conférence de Politique Autrement, le 16 novembre 2016.


Notes

[1Emmanuel BRENNER (pseudonyme de Georges Bensoussan), (ouvrage collectif sous la direction de), Les territoires perdus de la République -milieu scolaire, antisémitisme, sexisme, Mille et une nuits, 2002.

[2Djemila Benhabib a grandi à Oran dans une famille de scientifiques engagée dans des luttes politiques et sociales. Condamnée à mort par les islamistes, sa famille se réfugie en France en 1994. Djemila Benhabib s’installe au Québec, en 1997, où elle fait des études en physique, en science politique et en droit international. Elle est l’auteur notamment de Ma vie à contre-Coran, VLB, 2009.

[4Carlo STRENGER, Le mépris civilisé, Belfond, 2016


[Haut de la page]     [Page précédente]