Les conférences
Les conférences 2016

Jeudi 8 décembre 2016 : « France d’en haut » et couches populaires

- Quelles différences entre la bourgeoisie du XIX e siècle et la « France d’en haut » d’aujourd’hui ?
- La séparation sociale, territoriale et culturelle entre « France d’en haut » et couches populaires est-elle définitive ?
- Peut-on parler d’une « contre société populaire » ? Quelle signification et quelle portée alternative ?
Avec Christophe Guilluy, géographe, auteur de La France périphérique, Flammarion, 2014, vient de publier Le crépuscule de la France d’en haut, Flammarion.


Samedi 3 décembre 2016 : À quoi servent les humanités ?

Depuis la Renaissance, l’étude des Humanités constitue un socle essentiel de la transmission de notre héritage culturel de génération en génération.
- En quoi consistait cette étude et comment a-t-elle évolué jusqu’aujourd’hui ?
- Pourquoi, malgré la guerre qui leur est faite, les Humanités sont-elles essentielles à notre formation ?
- Qu’entraîne leur disparition ? Quelle place devraient-elles avoir dans notre enseignement ?
Avec Robert Kopp, éditeur suisse, ancien doyen de l’Université de Bâle, auteur de Baudelaire, le soleil noir de la modernité (Gallimard, 1970 nouvelle édition revue et augmentée 2017) ; Album André Breton, Iconographie commentée (Gallimard, 2008) ; Un siècle de Goncourt, (Gallimard 2012), commissaire de l’exposition "L’œil de Baudelaire", visible au Musée de la Vie romantique à Paris jusqu’au 29 janvier 2017.


Mercredi 16 novembre 2016 : Une élue municipale face à l’islamisme

- Comment se manifeste la présence des islamistes sur le terrain municipal et comment agissent-ils pour gagner en influence dans certains quartiers et à l’école ?
- Comment le combat contre l’islamisme est-il reçu par certains élus locaux pour qui le communautarisme et le séparatisme alimentent un système clientéliste ?
- Quels sont les modes de sélection et d’ascension au sein des partis où l’influence communautaire et la logique de casting prennent le pas sur la compétence et le sens de l’intérêt général ?
Avec Céline Pina, ancienne adjointe au maire de Jouy-le-Moutier, ancienne conseillère régionale Ile-de-France, auteur de Silence coupable, éditions Kéro.


Samedi 5 novembre 2016 : Quelles sont les ambitions de Vladimir Poutine ?

- Poutine veut-il vraiment « restaurer l’Empire » ? Quelle stratégie de Poutine en Europe et au Moyen-Orient ?
- Désinformation et guerre de propagande : peut-on parler d’un « soft power » russe ?
- La Russie a-t-elle les moyens économiques et militaires de ses ambitions ?
Avec Françoise Thom, historienne, enseignante à l’université de Paris Sorbonne, auteur de Béria, le Janus du Kremlin, Gallimard, 2013, et avec Jean-Sylvestre Mongrenier, Géopolitique de la Russie, PUF, 2016.


Jeudi 14 avril 2016 : Le multiculturalisme comme religion politique

avec
Mathieu Bock-Côté , docteur en sociologie et chargé de cours aux HEC à Montréal. Il vient de publier Le multiculturalisme comme religion politique, éditions du Cerf.
Discutant : Julien Winock


Samedi 2 avril 2016 : Nouvel individualisme et démocratie informe
Jean-Pierre Le Goff, sociologue, président de Politique Autrement, vient de publier Malaise dans la démocratie, Stock

Les bouleversements qui se sont produits dans la seconde moitié du XXe siècle et la « révolution culturelle » qui les a accompagnés ont entraîné des fractures dans les pays démocratiques qui mettent en jeu des conceptions différentes du rapport au travail, de l’éducation des enfants, de la culture et de la religion. Faute d’affronter clairement ces questions les démocraties se condamnent à demeurer aveugles sur leurs propres faiblesses internes qui les désarment face aux nouveaux désordres du monde et aux ennemis qui veulent les détruire.
- Quels sont les principaux traits du nouveau conformisme individualiste de masse ?
- Quel rapport paradoxal entretient la contre-culture des années 1960 avec ce nouveau conformisme ?
- Décomposition et recomposition : assistons-nous à la fin d’un cycle historique ?
Discutant : Robert Kopp


Samedi 19 mars 2016 : Transmission et transgression : l’art moderne est-il nécessairement transgressif ?

Avec Robert Kopp, éditeur suisse, ancien doyen de l’Université de Bâle, auteur de Baudelaire, le soleil noir de la modernité (Gallimard, 1970) ; Album André Breton, Iconographie commentée (Gallimard, 2008) ; Un siècle de Goncourt, (Gallimard 2012).
La transgression suppose des normes, des règles. En France, plus tôt et plus systématiquement qu’ailleurs, ce sont des institutions - en l’occurrence des académies - qui furent chargées de les établir et d’en faire respecter l’application. La contestation est née avec le système même, mais la Querelle des Anciens et des Modernes, déclenchée dès la fin du XVIIe siècle ne s’est terminée que plus d’un siècle plus tard, par l’acceptation de la relativité des critères esthétique en littérature et en art. Désormais, la perfection n’est plus située dans le passé, chaque époque produit ses propres chefs-d’œuvre, définit à nouveaux frais ce qu’elle entend par beauté. Mais qu’advient-il lorsque la notion de beauté elle-même est mise en cause ? Peut-il y avoir une esthétique du laid ? Et qu’advient-il lorsque la notion d’œuvre elle-même est contestée, quand les frontières entre ce qui est art et ce qui ne l’est pas est déplacée sans arrêt, dans un mouvement de surenchère perpétuelle ?


Samedi 13 février 2016 : La France et l’Europe : quel avenir ?

avec Pierre Manent, directeur à l’EHESS, membre fondateur de la revue Commentaire, vient de publier Situation de la France, Desclée de Brouwer.

- Comment l’Europe et la France qui ont perdu le sens de leur filiation politique et religieuse peuvent-elles aborder la religion comme fait social et politique ?
- À quelles conditions la nation peut-elle être le cadre politique intégrateur des populations musulmanes ? Les Droits de l’homme, le cadre républicain et laïque sont-ils suffisants ?
- Quel nouveau dispositif intégrateur, culturel et politique, est possible ?
Discutant : Philippe Raynaud.


Mardi 2 février 2016 : Déchéance de nationalité et révision de la Constitution
- La déchéance de la nationalité pour les binationaux est-elle contraire au droit du sol ? Constitue-t-elle une rupture des principes républicains ? Pourquoi faudrait-il l’inscrire dans la Constitution ?
- État d’urgence ; que dit la Constitution ? Quels précédents historiques ?
- Politique et révision constitutionnelle : confusion et enjeux

avec Dominique Schnapper, sociologue, ancien membre du Conseil constitutionnel, dernier ouvrage paru L’esprit démocratique des lois, Gallimard.


Samedi 23 janvier 2016 : Quels atouts et quelles ressources de l’armée dans la société démocratique d’aujourd’hui ?

Après les attentats de janvier et de novembre 2015, la question du rôle de l’armée dans une société démocratique a pris une nouvelle acuité. Politique Autrement a décidé d’entamer une réflexion sur ce thème autour de deux questions clé :
- Dans une société démocratique individualiste marquée par le rejet de la violence et un certain pacifisme, comment un jeune engagé est-il formé pour devenir un combattant ? Comment fait-il face aux exigences du combat, à la violence et à la mort ?
- Comment développer le lien entre armée et société à partir de ses fonctions sociales, éducatives et symboliques ? Dans ce cadre, quel redéploiement possible de l’institution militaire dans l’ensemble de la société ?
Colonel Hervé Pierre, cabinet du Chef-d’ État-Major de l’Armée de terre, vient de quitter le commandement du 3e RIMa après avoir opéré au Mali et en Centre Afrique : « Éducation, formation, aguerrissement des engagés : un défi permanent »,
André Thiéblemont, colonel (er), ethnologue : « Mobiliser les ressources éducatives du milieu militaire : à quelles conditions ? »


[Haut de la page]     [Page précédente]