Regards sur l’actualité > Économie et social
La révolution permanente. Le discours modernisateur et ses dérives

Entretien avec Jean-Pierre Le Goff

Il faut revenir aux années 1980 et plus précisément à 1984, pour voir apparaître brutalement un discours modernisateur dont le modèle revendiqué est le pragmatisme et le refus de l’idéologie, mais qui véhicule en fait nombre de représentations. Au centre de ce discours, il y a une rhétorique du « mouvement » et du « changement » qui donne très vite l’impression d’un mouvement sans but ni sens : il faut changer parce qu’il faut changer... Il importe de distinguer cette culture de « mouvement permanent » du discours de modernisation qui a pu exister dans l’après-guerre. Il ne s’agit pas d’en cultiver la nostalgie, bien sûr, mais c’est intéressant de le mettre en perspective pour comprendre les différences et saisir ce que notre époque a de spécifique. [...]

Lire ici : Cadres CFDT, N° 404, mai 2003.


[Haut de la page]     [Page précédente]