Repères
Albert CAMUS - Personne n’a droit à une liberté absolue

« La lliberté de chacun trouve ses limites dans celle des autres : personne n’a droit à la liberté absolue. La limite où commence et finit la liberté, où s’ajustent ses droits et ses devoirs s’appelle la loi et l’État lui-même doit être soumis à la loi. S’il s’y dérobe, s’il prive les citoyens des bénéfices de cette loi, il y a forfaiture. »
Albert Camus, Conférences et discours 1936-1958, Gallimard, Folio, p. 274


[Haut de la page]     [Page précédente]